Jacques CHIRAC est mort ce 26 septembre 2019:  Un Grand Homme, un Grand humaniste vient de nous quitter, la France entière est en deuil mais pas que. #JacquesChirac

| France | Actualité  Vu 29842 fois
Article N°23218

Jacques CHIRAC est mort ce 26 septembre 2019: Un Grand Homme, un Grand humaniste vient de nous quitter, la France entière est en deuil mais pas que. #JacquesChirac

Cette article reprend quelques réactions publiées sur les réseaux sociaux à l'annonce de sa mort et plus particulièrement un témoignage de Michaël BULLARA qui était Président des Jeunes RPR et des Jeunes Avec Chirac (199-2002), témoignage qui aujourd'hui pourrait être partagé par la majorité des français comme le témoignent toutes les réactions des femmes et hommes politiques qui depuis la nouvelle de son décès interviennent sur nos médias.


Message de Michaël BULLARA Président des Jeunes RPR et des Jeunes Avec CHIRAC (1999-2002)

Je fais partie de cette génération qui s'est engagée à la fin des années 80, autour et pour Jacques Chirac.
Aujourd'hui, comme beaucoup l'ont exprimé, c'est une éminente part de notre vie qui disparaît.

Nous sommes orphelins.

Depuis que la triste nouvelle est tombée, naturellement, les commentateurs s'activent à faire l'analyse de son parcours, de son action, de son bilan...
C'est l'histoire qui retiendra ce qu'elle a à retenir !

Mais, dans une époque où la politique est essentiellement devenue une affaire de communicants et de marketing, le véritable supplément d'âme que Jacques Chirac aura impulsé durant toute sa vie d'engagement, c'est l'humain.
Beaucoup ont aimé ou aiment leur territoire et leur pays.
Mais combien, comme celui que nous appelons affectueusement "Le Grand", ont un réel lien affectif avec les gens ?

Oui, Jacques Chirac est celui qui vous faisait vous sentir unique à chaque fois qu'il s'adressait à vous.
S'il était un ardent défenseur de la République et de la France, dans son ADN - comme on dit maintenant - il y avait avant tout l'amour des Français.

Je me souviens d'une fin de matinée de janvier 2002... nous étions à l'Elysée avec un groupe de jeunes élus locaux de moins de 30 ans, tous issus du scrutin municipal de 2001 et qu'il souhaitait que je lui présente.
Nous n'étions qu'une petite quinzaine.
Et il nous a dit avec une formule qui ne pouvait appartenir qu'à lui : "Mes jeunes amis, je vous le dis, si je décide de me représenter à l'élection présidentielle, cette fois-ci, il va falloir se râper le dos".
Car contrairement aux idées reçues, il savait que la République pouvait être en danger - et le résultat du premier tour de l'élection de 2002 lui a donné raison.
Il savait surtout qu'il ne fallait jamais transiger avec les extrêmes et s'approcher ou se vautrer avec les thèses qu'elles véhiculent.

Monsieur le Président, nous sommes dans la peine.
Mais les combats pour les idées, pour améliorer le destin des personnes, pour porter haut le message singulier de notre Nation, continuent.

Quels que soient nos engagements personnels aujourd'hui comme demain, nous saurons être dignes de vous et de cette vie que vous avez consacrée au service des femmes et des hommes de notre Pays, si nous demeurons des porte-drapeaux exigeants de l'humanisme et du pragmatisme politique.

Aujourd'hui, une fois encore, vous rassemblez une très large majorité de Français.

Veillez sur nous tous, Monsieur le Président, et reposez en paix.

Michaël BULLARA Président des Jeunes RPR et des Jeunes Avec CHIRAC (1999-2002)

******************************************************
Réactions sur les réseaux sociaux
   

 
 
   



                               




   

   


     


         



     


 



 

Michel Lecomte

Lien :?

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant