Réaction de Frédéric SANCHEZ sur le choix de Rouen comme chef-lieu de la Normandie
| Rouen | Actualité  Vu 12371 fois
Article N°14575

Réaction de Frédéric SANCHEZ sur le choix de Rouen comme chef-lieu de la Normandie

Les décisions prises par le Gouvernement réuni en Conseil des Ministres le 31 juillet ce jour, constituent une étape importante pour la préparation de la naissance des nouvelles régions le 1er janvier 2016. C’est une étape importante aussi pour la Métropole Rouen Normandie.

 

La décision de faire de Rouen le chef-lieu de la Normandie est une reconnaissance de la situation spécifique qui est celle de la Métropole au sein de la nouvelle région, à l’instar de Bordeaux en Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin ou de Strasbourg en Alsace-Champagne-Ardenne… : son statut (la seule Métropole de Normandie, dotée par la loi de prérogatives particulières), son poids démographique, économique (plus du cinquième de l’emploi régional), qu’elle a atteint grâce au travail de rassemblement des territoires engagé depuis six ans.

À l’issue du processus de concertation engagé au printemps, le Gouvernement a donc fixé les axes et les règles du jeu qui permettent de poursuivre le travail de réorganisation des différents services de l’Etat dans les nouvelles régions. Trois maîtres mots guident ce travail : équilibre (reposant sur la complémentarité entre les territoires et notamment les grandes agglomérations), efficacité (l’enjeu est aussi de faire, intelligemment, des économies), proximité (avec les habitants, les territoires).

Il y faudra aussi de la responsabilité et du pragmatisme, car c’est un enjeu de service public et d’emploi public local. Outre la reconnaissance du statut et du rôle particulier de la métropole rouennaise, l’attribution à Caen d’importantes directions régionales ainsi que de l’Agence Régionale de Santé et du Rectorat coordinateur traduit cette vision juste de l’équilibre des territoires en Normandie, de leurs spécificités et de leurs atouts respectifs, que je veux saluer.

Je serai vigilant pour que cette triple exigence – équilibre, efficacité, proximité - prévale également pour la réorganisation des services régionaux. L’équilibre suppose bien sûr qu’aucune agglomération ne soit vidée de ses fonctionnaires régionaux.

La nouvelle Normandie est une chance pour nos territoires. Réussir la Normandie demandera que nous sachions nous rassembler, avec une attitude constructive, le sens des responsabilités, et le souci permanent du respect. C’est la condition pour que naisse une Normandie non seulement unifiée, mais unie : une Normandie où tous les territoires seront gagnants.

COMMUNICATION TVLOCALE

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant